Métiers d'Art n° 261
Sur les chemins des faïenciers

N° 261 - mars/avril/mai 2014

Version papier Le confort de la lecture papier à domicile sous 72h

9,00 €

ISSN : 1631-7726

Nevers, Rouen, Moustiers, Marseille, Strasbourg mais encore Desvres ou Malicorne… L’histoire de la faïence reste profondément liée à des territoires qui possèdent chacun leur style et leur argile. Aujourd’hui, elle fait parfois figure de belle délaissée sur le marché pourtant très actif de la céramique. On la trouve ni franchement populaire ni tout à fait sophistiquée. Pourtant, discrètement, une poignée d’ateliers perpétuent l’art de blanchir la terre cuite et de l’orner de couleurs éclatantes. Et l’on voit se développer, ici ou là, des productions contemporaines d’une grande qualité qui viennent apporter une fraîcheur nouvelle aux formes et aux décors.

Actualités

Articles

Histoire itinérante de la faïence en Europe
Comment reconnaître l’origine d’une faïence ancienne ?

À Séville, les azulejos de la Casa de Pilatos

Située en plein cœur de Séville, la Casa de Pilatos a été décorée au début du XVIe siècle par un propriétaire voyageur qui venait de découvrir l’art de la Renaissance italienne. Comme souvent en Andalousie, les influences arabes viennent se mêler aux références occidentales notamment dans les azulejos qui constituent le joyau de cette demeure, ornant le patio comme les intérieurs de leurs riches couleurs.

Auteur : Marie-Alix Espindola

Magazine : Métiers d'Art n° 261 Page : 26-29

Date : 28/02/2014

Les techniques de la faïence
Henriot Quimper en reconquête
Illusion façon Figuères
Le grand art de Malicorne
Coup de jeune chez Georges
Polyhedre, le trublion
La faïence, une authentique en quête d'identité
Le grand renouveau des musées de faïence
Devenir céramiste
Déclinaisons contemporaines autour de la faïence
Carlhian: la passementerie de fil en ruban
Didier Mutel, graveur explosif
Ludovic Marsille, les clés du succès