Métiers d'Art n° 242
L'art sacré

N° 242 - Novembre/Décembre 2008

Version papier Le confort de la lecture papier à domicile sous 72h

9,00 €

ISSN : 1631-7726

Sommaire

Dossier : lumières sur l'art sacré
Régions : à la rencontre des luthiers de Mirecourt

Clés d'un savoir-faire : fastueuse et inventive passementerie française

Dès le XIVe siècle, l'Italie jouit d'une grande renommée dans ce domaine et certains de ses artisans – installés à Lyon et Tours – introduisent la passementerie de soie, d'or et d'argent en France, où seule la passementerie de laine était connue. À la Renaissance, les habits de cérémonie et les harnachements de parade sont ornés de galons, franges, cordelières et glands richement décorés. De nombreux ateliers de passementerie s'ouvrent à Paris, dans le quartier du faubourg Saint-Antoine, incitant François 1er à codifier le métier comme « l'ensemble des ouvrages de fil (passements, franges, galons) destinés
à l'ornement des vêtements, des meubles, etc. ». Un siècle plus tard, Louis XIV accordera un statut aux « passementiers, boutonniers et enjoliveurs 1 » en constante rivalité avec les rubaniers.

Auteur : Schneider Annie

Magazine : Métiers d'Art n° 242 Page : 58-63

International : la french touch vue par Juan Pablo Molyneux, le décorateur new yorkais
Innovation : restauration en ébénisterie, une technologie novatrice utilisée dans l'aéronautique
Grand témoin : Frédéric Mitterrand